Les avantages opérationnels du Géo-Méthaniseur

Ré-emploi de la capacité, en mode « carrousel »

Le GéOM est structuré en plusieurs compartiments, séparés par des cloisons étanches . Chaque compartiment suit un cycle de traitement précis :

  • Il est rempli par les déchets entrants sur une durée de 2 à 5 mois ;
  • Il est ensuite couvert par une membrane étanche, pour optimiser le taux de captage des biogaz ;
  • Il reste en condition de digestion anaérobie pendant environ 15 à 25 mois ;
  • A l’issue de la phase de méthanisation de la fraction biodégradable (soit au maximum 30 mois après début du remplissage) le compartiment est ouvert, et le reliquat de déchets est extrait, pour valorisation thermique finale.

Donc, sur trente mois environ chaque compartiment se remplit, traite ses déchets et se vide, ce qui permet le réemploi de sa capacité pour un nouveau cycle.

Chaque compartiments ayant un cycle décalé de 2 à 5 mois par rapport au précédent, on obtient une exploitation en mode “carrousel”, régulière, facile à gérer et très économique, car le ré-emploi de la capacité sur de nombreux cycles successifs optimise l’investissement (exprimé en €/tonne traitée) sur la durée de vie de l’installation. Au final, le coût d’investissement par tonne traitée est équivalent à celui d’une décharge traitant les mêmes tonnages annuels.

Traitement statique, simple et économique

A l’intérieur de chaque compartiment, le massif de déchets en cours de traitement reste statique pendant toute la phase de digestion bactérienne anaérobie (méthanisation) et c’est la recirculation, régulière et contrôlée, des effluents liquides qui permet d’assurer la mise en contact optimale des bactéries avec la matière à digérer.

Ce mode de traitement statique est très simple et économique à opérer (faibles charges d’exploitation exprimées en €/tonne traitée) et il permet néanmoins d’atteindre une excellente efficacité de la méthanisation, tant en termes de volume de biogaz produit que de rapidité de cette production.

 

En résumé, le GéOM présente un mode opératoire aussi simple que celui d’une décharge (traitement statique, sans séparation préalable) avec un bilan très supérieur sur le plan de l’efficacité énergétique et de l’empreinte environnemental.

 

Diminution de la taille critique des installations

Les avantages opérationnels de ré-emploi de la capacité et de simplicité d’exploitation du GéOM entraînent une baisse significative des coûts, exprimés en €/tonne traitée, par rapport à l’ensemble des technologies traditionnelles de traitement, y compris les décharges, qui sont réputées être les plus économiques.
Le GéOM permet également une hausse des revenus (en €/tonne traitée), car l’efficacité énergétique de la valorisation accroît significativement les ventes d’électricité (générée à partir des biogaz et du CSF).

En combinant ces deux facteurs positifs, on peut envisager de réduire considérablement la taille d’une installation de traitement, sans compromettre la rentabilité de son exploitation. Cet avantage donne aux opérateurs une flexibilité opérationnelle intéressante sur deux plans :

  • Permettre d’opérer des unités plus petites, positionnées près des villes pour réduire les km parcourus par les camions de collecte. ce qui crée un avantage compétitif supplémentaire ainsi qu’une réduction significative de l’impact environnemental indirect, au bénéfice de la collectivité.
  • S’adapter aux nouvelles exigences réglementaires de réduction des volumes de déchets, sans compromettre la viabilité économique de leurs sites, même les plus petits.

Développer et opérer des installations de capacité réduite, à proximité des zones de collecte, permet d’organiser une logistique plus efficiente, tant sur le plan économique qu’environnemental, et d’apporter ainsi une solution à l’une des principales difficultés opérationnelles de la filière déchets.

Le GéOM apporte également aux opérateurs de déchets une solution technique durable anticipant la diminution des volumes imposée par le Plan de Réduction et Valorisation des déchets (PRVD) 2014-2025.