Situations particulières d’emploi du Géo-Méthaniseur

La mise en place du PRVD va accentuer les disparités géographiques et économiques sur les bassins de collecte devant adopter la collecte sélective des biodéchets : en effet, quel que soit le volontarisme politique pour faire adopter le « tri citoyen », il y aura des bassins de collecte où celui-ci ne sera pas possible dans des conditions techniquement et économiquement raisonnables.

La technologie GéOM est particulièrement pertinente pour remplacer les modes traditionnels de traitement, dans les situations suivantes :

  • Zones de collecte isolées (montagne, îles) occasionnant des problèmes logistiques incompatibles avec la mise en œuvre du tri amont et de la valorisation matière.
  • Zones de collecte à forte variabilité saisonnière (cas des zones touristiques) entraînant des difficultés techniques et/ou économiques de dimensionnement des capacités de tri amont et de valorisation matière.
  • Plus généralement, toute zone de collecte présentant des aléas sur le volume et la composition des ordures, ou la régularité ou le cout logistique de la collecte et de la valorisation matière.

L’avantage compétitif du GéOM pour ces zones de collecte découle de son cycle de traitement d’environ 36 mois, qui lisse totalement les fluctuations tant quantitatives que qualitatives de la collecte, et permet d’avoir, en aval, un flux énergétique stable et prévisible sous forme de biogaz et de CSF.

Pour les collectivités opérant des installations de cogénération, ou s’apprêtant à en créer sous la nouvelle rubrique ICPE 2971, le GéOM s’inscrit dans une logique de circularité au niveau local, avec production d’un CSF de proximité, alimentant l’unité cogénération connectée à un réseau de chaleur.

Le GéOM offre en outre la possibilité d’adaptation saisonnière, avec une extraction du CSF réalisée principalement sur la période hivernale, en phase avec la demande des opérateurs d’unités thermiques.